Fédération Protestante

Qu’est-ce que la Fédération protestante ?

Fondée en 1905, la Fédération protestante de France rassemble, en 2012, plus d’une trentaine d’unions d’Eglises, et plus 80 associations, représentant environ 500 Communautés, Institutions, Œuvres et Mouvements pour un témoignage commun.

 

         a) SA VOCATION.

 

Depuis 1905, la Fédération protestante rassemble la plupart des Eglises et des associations protestantes de France. Ces Eglises appartiennent à toutes les sensibilités du protestantisme qui se sont manifestées depuis la Réforme : luthérienne, réformée, évangélique, baptiste et pentecôtiste. Quant aux associations, ce sont essentiellement des institutions, des oeuvres ou des mouvements travaillant dans des secteurs d’activité très divers : enfance, personnes âgées, action sanitaire et sociale, loisirs et vacances, éducation, communication, expression artistique, relations internationales et développement, etc.

 

  • Vocation

La Fédération protestante de France (FPF) a pour vocation première de contribuer au rapprochement, les unes des autres, de ces Eglises et de ces associations, de coordonner leur action, de les aider à assumer leurs responsabilités. Elle assure également un certain nombre de services communs : télévision (Présence Protestante), radio, aumônerie aux armées, aumônerie aux prisons et aumônerie des établissements sanitaires et médico-sociaux, recherche biblique, relations oecuméniques, information-communication-documentation.

La FPF a par ailleurs pour mission de représenter le protestantisme français auprès des pouvoirs publics et des médias. A ce titre, il revient à son Conseil ou, éventuellement, à son président, de s’exprimer publiquement dans tous les domaines où le protestantisme croit devoir apporter un témoignage particulier et un message qui lui est propre et qu’il souhaite faire entendre dans le débat public.

La Fédération a aussi pour tâche de veiller à la défense des libertés religieuses, en France et dans le monde, de favoriser le dialogue avec les autres Eglises et associations protestantes (non membres de la FPF), et d’encourager les relations et les initiatives communes avec les Eglises chrétiennes non protestantes.

 

  • Unité et diversité

Malgré les liens très étroits qui les unissent, chacune des Eglises et des associations membres de la FPF conserve, en toute liberté, sa spécificité et son identité, tant sur le plan théologique que pratique. Les Eglises conservent leur appartenance confessionnelle propre et le fonctionnement ecclésiologique auquel elles sont attachées. C’est ainsi, par exemple, qu’elles n’ont pas toutes la même conception du baptême ni les mêmes modes d’organisation ecclésiale. Unité ne signifie pas absence de diversité, et même de différences.

En revanche, toutes les Eglises et associations membres de la FPF s’engagent à partager un certain nombre de convictions exprimées dans la Charte de la Fédération : dans le seul but de rendre un témoignage commun à l’Evangile, elles reconnaissent comme centrale l’annonce du salut par la grâce et pratiquent sans restriction l’accueil mutuel à la Sainte Cène.

Loin d’être considérée comme un handicap ou une anomalie qu’il conviendrait de supprimer, cette extrême diversité est vécue comme une richesse à vivre et à partager.

La Fédération protestante représente aujourd’hui une communauté d’environ 900 000 personnes et continue d’enregistrer des demandes d’adhésion, tant de la part d’Eglises que d’associations.

 

         b) SON HISTOIRE.

  • Création et changements

Deux facteurs importants ont contribué à la création de la Fédération Protestante de France (FPF). D’abord la grande division régnant au sein du protestantisme au début du siècle. Cruellement ressentie par certains, elle suscitait, en réaction, un besoin de rapprochement. Le projet de loi de séparation des Eglises et de l’Etat d’autre part : constatant qu’ils ne sont guère consultés par les promoteurs de cette loi, les protestants ressentent la nécessité de s’organiser pour adopter une attitude commune face au gouvernement.

C’est entre 1904 et 1905 que les synodes de cinq Eglises se sont prononcés en faveur de la création de la Fédération protestante de France (synode de l’Eglise méthodiste, assemblée générale des Eglises réformées libérales, synode officieux de l’Eglise réformée de France, synode général de la confession d’Augsbourg – luthérien, synode de l’Union des Eglises libres). Dans ses grands principes, la fédération protestante de France se constitue le 25 octobre 1905. Le premier conseil de la Fédération se réunira en 1907. Deux ans plus tard, à Nîmes, se tiendra la première Assemblée générale du protestantisme.

Par la suite, d’autres Eglises rejoindront la FPF : la Fédération baptiste dès 1916, l’Eglise apostolique en 1972, suivie trois ans plus tard par la Mission évangélique tzigane. La famille pentecôtiste s’agrandit encore avec l’adhésion, en 1983, de l’Eglise de Dieu, et de l’Union des Eglises de Réveil. En 1995, l’Armée du Salut, devenue une congrégation, a rejoint la FPF. En 1996, l’Union des Eglises évangéliques libres qui était fondateur de la FPF et qui l’avait quittée dans les années 60, redevient membre. En 2001, c’est l’entrée de l’Eglise du Nazaréen. En 2003, la Communauté des Eglises africaines en France arrive et en 2006, 5 Eglises évangéliques, pentecôtistes et charismatiques adhèrent à la FPF : l’Union d’Assemblée Protestantes en mission, l’Union des fédérations adventistes de France, la communion des Eglises de l’Espace francophone.

Depuis 1962, la Fédération accueille, en plus des Eglises et au même titre, les associations protestantes, institutions, oeuvres ou mouvements tels que la Cimade, l’Entraide Protestante, les Eclaireurs et Eclaireuses unionistes de France, etc.

 

  • Une brève chronologie
25/10/1905 Création de la Fédération Protestante de France
1907 Premier Conseil de la FPF
1907-1909 Premières déclarations publiques de la FPF sur la liberté de culte à Madagascar et sur la paix
1909 Première assemblée générale du protestantisme
1916 Entrée des baptistes à la FPF
1925 La FPF envoie une délégation à la conférence constitutive du mouvement oecuméniquePour un christianisme pratique
1941-1942 Déclaration solennelle en faveur des juifs, au nom de la FPF, par le pasteur Marc Boegner, son président
1960 Les associations, oeuvres et mouvements protestants peuvent devenir membres de la FPF ; nouveaux statuts en 1962
1971 Diffusion du texte Eglise et Pouvoir : document de réflexion sur les liens entre Eglises et pouvoir politique
1972 Entrée de l’Eglise Apostolique à la FPF
1973 Commerce des armes : note commune de l’Episcopat Français et du Conseil de la FPF
1975 Entrée de la Mission Evangélique Tzigane à la FPF
Publication du document La sexualité : pour une réflexion chrétienne
1983 Entrée de l’Eglise de Dieu en France, de l’Union des Eglises du Réveil et de cinq Eglises évangéliques locales à la FPF, toutes appartenant à la famille pentecôtiste
1985 Appel commun à la fraternité des religions , des organisations humanitaires et des grandes loges maçonniques (protestants, catholiques, orthodoxes, juifs et musulmans)
1987 Création du Conseil des Eglises Chrétiennes en France (CECEF) dont sont membres la FPF, l’Eglise Catholique Romaine et les Eglises orthodoxes
1989 Publication du texte Vers un nouveau pacte laïque, avec la Ligue pour l’Enseignement et l’Education Permanente
1991 Publication de Promouvoir la fraternité, déclaration des responsables des grandes familles religieuses en France et de Commerce des armes, par la Commission Sociale Economique Internationale (CSEI, protestante) et Justice et Paix (catholique)
1992 La Lettre de la Fédération Protestante N°1 s’adresse aux leaders d’opinion
1994 Publication de Partage, Travail, Exclusion, des éléments de réflexion pour les Eglises et Associations protestantes, et du Livre blanc de la Commission Ethique de la FPF
1995 L’Armée du Salut devient membre de la FPF
Relance de la campagne oecuménique Accueillir l’étranger : vivre ensemble
En octobre, assises de la FPF à Toulouse : Partager, c’est vivre !
1996 Adhésion de l’Union des Eglises Evangéliques Libres (UEEL)
Publications de Travail, Partage, Exclusion II, synthèse des réflexions et actions menées dans les paroisses et associations et de L’Ecole et l’Etranger, une réflexion de la Fédération Protestante de l’Enseignement
1997 Le pasteur Jean Tartier devient le 1er président luthérien du Conseil de la FPF
1998 Sortie d’éléments de réflexion sur La famille, la conjugalité, la filiation et d’une Déclaration sur le PACS
1999 Le pasteur Jean-Arnold de Clermont prend ses fonctions de président de la FPF
Sortie du Document Europe de la FPF
Sortie du nouveau Livre Blanc de la Commission d’éthique de la FPF
Assises de la FPF sur le thème : Une espérance à vivre, une société à construire –
Spiritualité et citoyenneté
2000 Colloque sur la famille – contribution de la FPF au débat public
Sortie du document « Gestion fiscale des associations cultuelles »
2001 Adhésion de l’Église évangélique du Nazaréen
2002 Publication d’un nouveau texte de réflexion sur les lois bioéthiques

La Fédération en quelques chiffres

  • 25 octobre 1905, création de la Fédération Protestante de France
  • plus d’un trentaine d’unions d’Eglises et plus de 80 associations, représentant environ 500Institutions, Oeuvres et Mouvements
  • 25 personnes composent le Conseil de la FPF.  Il se réunit 4 fois par an.
  • 1400, total des paroisses des Eglises membres de la FPF
    1650 pasteurs, dont 200 femmes.
  • 800 000 protestants sont rattachés à la FPF, 200 000 à 300 000 autres personnes se réclament du protestantisme.
  • Répartition des protestants au sein de la FPF : 1/3 sont rattachés à l’Union des Eglises protestantes d’Alsace et de Lorraine, 1/3 à l’Eglise protestante unie de France – communion luthérienne et réformée et 1/3 sont répartis dans les autres Unions d’Eglises (représentant globalement le courant dit « évangélique »).
  • 2,1 % de la population : représentation du protestantisme en France
    30 % de la population : représentation du protestantisme en Europe.

 

            c) SA CHARTE.

 

(adoptée par le Conseil de la FPF le 26 juin 1993 – approuvée par l’Assemblée générale de la FPF d’avril 2010)        

  • Préambule

La Charte exprime l’unité particulière qu’au long des années, les Eglises, Unions d’Eglises, les Institutions, Oeuvres et Mouvements de la Fédération Protestante ont pu construire.

Sachant que l’unité dans la diversité reconnue est un témoignage original et nécessaire dans l’Eglise universelle comme dans la société, nous voulons l’affermir et l’approfondir entre nous.

Chaque Eglise, Union d’Eglises et Institution souscrivant à cette Charte conserve les formulations de la foi, les expressions cultuelles, les formes de présence dans la société et les priorités du témoignage auxquelles elle est attachée.

La Charte se veut parole de proposition et d’encouragement que nous nous adressons pour l’avenir afin de donner un sens plus fort à la communauté que nous représentons ensemble et de vivre la richesse de nos diversités avec plus d’imagination, de patience et de disponibilité les uns pour les autres.

Elle dit et redit, qu’à travers les exigences de la communication, de la confiance, de l’interpellation et de la solidarité fraternelles, de nouveaux chemins de communion et de fidélité évangélique se découvrent, inattendus … pour tous.

Charte

Rassemblés en vue de rendre un témoignage commun à l’Evangile de Jésus-Christ, les Eglises, Unions d’Eglises, Institutions Oeuvres et Mouvements constituant la Fédération Protestante de France entendent dans la communion de l’Eglise Universelle exprimer par cette Charte le projet qui les unit.

1. Avec la diversité de nos histoires, de nos traditions respectives et de nos sensibilités théologiques, nous, membres de la Fédération, déclarons nôtres les convictions suivantes :

  1. Nous nous savons appelés et liés par l’Evangile tel qu’en témoignent les Ecritures. Nous reconnaissons comme centrale l’annonce du salut par grâce, reçu par la foi seule.
    La prédication de la Réforme, les mouvements spirituels qu’elle a entraînés, la démarche oecuménique, affermissent cette conviction.
  2. Dans l’amour fraternel et la liberté que nous donne l’Evangile, nous pratiquons l’accueil mutuel à la Cène comme réponse à l’invitation du Seigneur et signe de notre communion en Christ.
  3. Nous cherchons à discerner et à vivre pleinement la complémentarité des dons, des ministères, des modes d’action divers que le même Seigneur donne en vue du bien de tous.
  4. Conscients que l’Esprit de Dieu nous parle aussi les uns par les autres, nous sommes en marche ensemble vers une communion plus visible dans le respect des différences et dans la liberté de nos interpellations mutuelles.
  5. Envoyés dans le monde par Jésus-Christ proclamer la bonne nouvelle, nous cherchons à manifester ensemble sa puissance de libération et de renouveau par notre parole, notre prière, notre manière de vivre et nos engagements dans la société.
    Aucun de nous n’est possesseur de la Parole et de la vérité de son interprétation, mais tous nous sommes appelés à nous laisser transformer par cette Parole pour grandir ensemble dans l’obéissance.

2. L’appartenance à la Fédération Protestante implique les conséquences suivantes qui définissent notre pratique de la vie commune :

  1. Renforcer les liens entre les Eglises, Unions d’Eglises, Institutions, Oeuvres et Mouvements en réfléchissant ensemble aux questions théologiques et éthiques suscitées par l’actualité, par les évolutions de nos sociétés et de nos cultures.
    Cette réflexion commune est d’autant plus nécessaire qu’elle est rendue parfois complexe du fait de la diversité de nos compréhensions de la référence à l’Ecriture.
    Accepter l’interpellation réciproque qu’entraînent les divergences entre conceptions ou pratiques du baptême, dans l’espoir de les rapprocher et la conviction mutuelle que les uns et les autres cherchent à être fidèles à l’enseignement biblique.
  2. Organiser à tous les niveaux le partage des informations et des projets, des soucis et des espérances ;
    Développer la concertation en vue d’actions communes, que celles-ci soient des entreprises de formation, d’évangélisation, de diaconie, ou de combat pour la justice, la sauvegarde de la création, et les droits humains ;
    Développer la nécessaire communication aux niveaux local et régional, en particulier entre les différentes Eglises et Institutions membres de la Fédération, pour permettre d’éviter toute action présentant un caractère de concurrence.
    Assumer les tensions et les oppositions éventuelles dans la vérité et le respect fraternel.
  3. Accepter en cas de différend entre Eglises, Unions d’Eglises, Institutions, Oeuvres et Mouvements la médiation du Conseil ou l’arbitrage de la Fédération pour la recherche d’une conciliation ou de la réconciliation.
  4. Vivre une solidarité financière à la mesure de nos ressources respectives comme un réel témoignage de notre volonté de vie commune.

3. La Fédération Protestante de France, pour rendre témoignage à l’Evangile dans le monde, s’exprime publiquement par son Conseil.

L’importance de ce témoignage implique le risque d’une parole commune, qui pourra prendre acte d’une pluralité de points de vue.

Les membres de la Fédération ont la responsabilité de relayer l’information sur ces prises de position.

Nous acceptons que le Conseil diffuse des documents d’étude de nature à susciter une réflexion théologique ou éthique parmi les membres de la Fédération.

Nous reconnaissons qu’il appartient au ministère du président du Conseil de la Fédération de prononcer une parole publique lorsque le Conseil ou le Bureau l’y encourage ou lorsque les circonstances l’appellent.

4. La Fédération Protestante de France se veut une communauté ouverte à d’autres Eglises ou Unions d’Eglises, Oeuvres, Institutions et Mouvements qui se reconnaissent dans ces convictions et sont prêts à donner leur adhésion à cette Charte. Elle a vocation à manifester notre souci de l’unité du corps du Christ au travers de ses relations oecuméniques et à réunir en un témoignage commun les expressions diverses de notre espérance du règne de Dieu.

 

FP

 

 MEMBRE DE LA FÉDÉRATION PROTESTANTE DE FRANCE